Assemblée Générale le 16 mars 2018 !
Documents tiers Documents officiels
La surdité de l'enfant : Diagnostic
Envoyer à un ami  Imprimer

Vous êtes ici : Surdité > Diagnostic > Mesures de l'audition

Les techniques de mesure de l'audition . . .

Sommaire



Dès qu'une déficience auditive, même légère, est reconnue, un suivi audiophonologique immédiat s'impose. Outre l'examen clinique de l'ORL (qui recherchera une éventuelle malformation cervico-faciale et étudiera l'état des conduits auditifs externes et des tympans), les techniques de dépistage sont multiples et en évolution constante. Les résultats des méthodes objectives doivent être en concordance avec ceux des méthodes subjectives.


Quelques définitions

  • L'audiométrie est l'étude et la mesure de l'audition.

  • La fréquence est la hauteur du son en Hertz (Hz).

    Exemples : le bruit des pas est un son grave ; le chant des cigales est un son aigu ; les sons de la parole se situent entre 250 et 4000 Hz.
  • L'intensité du son se mesure en décibels (dB).

    Exemples : la voix chuchotée ou la campagne silencieuse sont à 25 dB ; la voix parlée est comprise entre 50 et 70 dB ; un orchestre de rock ou un réacteur d'avion produisent un son de 120 à 150 dB.
  • Le seuil de perception est la plus petite intensité perçue pour chaque fréquence par l'oreille humaine. Le seuil de perception est recherché en conduction aérienne osseuse. Pour une oreille saine, chaque fréquence commence à être perçue au seuil 0. Dans le cas d'une surdité, il faut augmenter l'intensité du son pour qu'il soit perçu par l'oreille malade.

    Exemple : si le son commence à être perçu à 50 db pour la fréquence 1000 Hz (seuil de perception) cela veut dire que le sujet testé a une perte de 50 db sur cette fréquence.
  • La courbe audiométrique est la ligne formée en reliant les différents seuils de perception de chaque fréquence.

  • Le gain prothétique est la différence entre les audiométries réalisées avec et sans prothèses.

Haut de page Haut de page

Tests de dépistage

  • A la naissance : Test avec stimulation sonore par générateur de bruit calibré et enregistrement des réponses réflexes archaïques (extension-abduction des bras = réflexe de MORO) ;

  • Au 4ème mois : Etude des réponses auditives aux bruits familiers (voix de la mère, biberon, porte) ;

  • Au 9ème mois : Test avec bruits familiers et jouets sonores calibrés en fréquence et en intensité ;

  • Au 24ème mois : Acoumétrie (Test de la voix chuchotée et de la voix haute) ;

  • Vers 6 ans : Audiométrie classique pratiquée par le médecin scolaire.

Selon la circulaire ministérielle datant de 1977, trois tests d'audition sont obligatoires : à la naissance, au 9ème mois et au 24ème mois.

Haut de page Haut de page

Audiométrie objective

  • Electroencéphalographie : Cette technique consiste à mesurer la résultante cérébrale des sons émis et apportés par les voies auditives.

  • Electrocochléographie : Cette technique, pratiquée à partir d'un an, permet d'enregistrer l'activité électrique du nerf auditif.

  • Oto-Emissions Acoustiques (OEA) : Cette technique permet de dire en quelques minutes, chez un enfant éveillé mais calme, s'il existe des réponses de la cochlée à une stimulation acoustique. Il a été démontré que des réponses sont enregistrables si la déficience auditive n'est pas au pire supérieure à 35 dB sur la meilleure fréquence. Ainsi, l'existence d'OEA implique une audition dont le seuil n'est pas supérieur à 35 dB. A l'inverse, on ne peut rien conclure devant l'absence d'OEA car d'autres facteurs peuvent rentrer en ligne de compte (cerumen dans le conduit auditif externe, association avec une otite séro-muqueuse, ...).

  • Potentiels Evoqués Auditifs Précoces (PEAP) : Réalisée pendant le sommeil de l'enfant (le plus souvent sous simple sédatif, plus rarement sous anesthésie), cette technique permet l'enregistrement des réponses électriques du nerf auditif lors de stimulations acoustiques d'intensités croissantes (électrodes placées sur la tête de l'enfant). Elle ne renseigne que sur le seuil auditif (disparition de l'onde V) pour les fréquences de 2000 à 4000 Hz.

Rappelons que la tympanométrie n'est pas un moyen de mesure du seuil de perception auditive. Ce serait une faute de rassurer les parents sur l'audition de leur enfant, sur la foi d'une courbe normale de tympanométrie, qui ne renseigne que sur l'état pressionnel qui règne dans l'oreille moyenne.

Haut de page Haut de page

Audiométrie subjective

  • Réflexes d'Orientation Conditionnée (ROC) : L'audiométrie de conditionnement consiste à mesurer l'audition de l'enfant (de 9 mois à 6 ans), en champ libre (c'est-à-dire les 2 oreilles ensemble), au moyen d'un "peep-show" (l'enfant se tourne vers la source sonore où on lui montre, en guise de récompense une image) ou d'un "cine-show" (lorsque son âge le permet, l'enfant sera invité à appuyer sur un bouton dès qu'il perçoit le son, ce qui a pour effet de déclencher une animation). Une bonne formation et une grande expérience sont nécessaires pour obtenir un seuil fiable sur toutes les fréquences.

  • Audiométrie tonale : Elle établit une mesure quantitative de l'audition pour chaque oreille. On envoie un stimulus sonore calibré en fréquence et on augmente l'intensité jusqu'au moment où l'enfant manifeste le fait qu'il a entendu. Le stimilus sonore peut être envoyé par voie aérienne (avec casque ou en champ libre) ou par voie osseuse (un vibrateur est appliqué sur l'os derrière le pavillon de l'oreille).

  • Audiométrie vocale : Elle permet une mesure qualitative de l'audition et s'adresse aux enfants qui possèdent suffisamment de vocabulaire. On prononce des mots (parmi des listes étalonnées) que l'enfant doit répéter. Les altérations phonologiques sont relevées et on obtient un pourcentage d'intelligibilité.

Haut de page Haut de page


© Copyright 2004-2018 - http://www.coquelicot.asso.fr/ - webmestre@coquelicot.asso.fr