Assemblée Générale le 16 mars 2018 !
Documents tiers Documents officiels
Aider l'enfant à communiquer
Envoyer à un ami  Imprimer

Vous êtes ici : Communiquer > Orthophonie

La rééducation orthophonique . . .

 L'orthophoniste et l'enfant sourd

Dès l'annonce du diagnostic de la surdité, le médecin ORL oriente l'enfant et sa famille vers un audioprothésiste pour la réhabilitation auditive, et vers un orthophoniste.

L'orthophoniste, spécialiste du «bien parler» va avoir pour rôle de guider et d'accompagner la famille et va engager une prise en charge de l'enfant. Cette prise en charge a des enjeux importants et sera plurielle. Contrairement à d'autres pathologies du langage où il s'agit de rééducation, dans le cas de la surdité, il s'agit d'une véritable éducation. Compte tenu que la privation auditive a des retentissements sur le développement de l'enfant (temporalité, développement sensori-moteur, développement neuropsychologique, communication, langage, voix et phonologie, apprentissages), de nombreux axes de travail sont à envisager selon le degré de la surdité et au fil de l'évolution de l'enfant.

Avant toute prise en charge, un bilan orthophonique est réalisé. Il est indispensable pour analyser les stratégies de communication du jeune enfant et/ou pour apprécier leur niveau de langue en tenant compte du handicap auditif. Ainsi, un projet éducatif peut être envisagé. L'évaluation repose sur les capacités perceptives et les capacités langagières de l'enfant.

Le bilan perceptif est dépendant du degré de surdité et du gain prothétique. Il permet d'observer à quelle étape se situe l'enfant : vigilance, détection d'un son, discrimination de rythme ou de mots, identification de mots et de phrases, compréhension. Le matériel utilisé est varié : jouets sonores, logiciels spécialisés, images, listes de mots, listes de phrases.

Le bilan de langage est fortement lié à l'âge de l'enfant : avant 3 ans une observation de l'enfant dans une situation d'interaction permet d'analyser les modes de communication, la compréhension, et la production. Les stratégies de communication sont très dépendantes des interactions parentales et de nombreuses variations interindividuelles peuvent être observées. Après 3 ans, des tests standardisés pourront être réalisés afin d'analyser plus finement le vocabulaire, la syntaxe, la phonologie, la pragmatique, et aussi la lecture, l'orthographe, la mémoire, l'attention, la voix...

Audrey Colleau, orthophoniste

 L'éducation auditive

Dès l'appareillage, l'orthophoniste sensibilise l'enfant à la relation son-sens. Ceci nécessite la participation des parents qui apportent leur expérience du quotidien.

L'éducation auditive a de nombreux objectifs :

  • déclencher un intérêt pour le monde sonore, développer la vigilance et l'attention auditive,

  • sensibiliser l'enfant aux caractéristiques acoustiques des sons : analogies et différences dans le rythme, la durée, la hauteur pour permettre une discrimination,

  • développer les capacités de reconnaissance et d'identification.

Ce cheminement se réalise dans un cadre ludique pour que le plaisir de l'enfant ait toute son importance.

L'éducation auditive est aussi linguistique puisque le son, lié à l'objet, a une valeur significative. L'objet est donc introduit puis les images sont proposées ; c'est ainsi que l'enfant développe un stock lexical qui s'enrichit par la fréquence. Les possibilités de reconnaissance auditive augmentent et le support imagé n'est plus nécessaire dès que l'enfant affine sa perception ; ceci est dépendant du degré de la surdité et du gain prothétique. Les images ou les listes de mots seront sélectionnées par l'orthophoniste en fonction de la progression de l'enfant. Pour vérifier la compréhension, l'enfant a recours à la désignation d'images ou à la répétition de mots ou de phrases.

Après avoir analysé le fonctionnement de l'enfant, l'orthophoniste puisera dans ses ressources pour créer, développer des situations, des jeux où l'enfant sourd, à son tour, pourra communiquer et développer son langage.

L'orthophoniste doit tout de même garder à l'esprit une progression dans les concepts linguistiques que l'enfant sourd doit développer.

Pour l'enfant sourd, lui apprendre un langage ne se résume pas à lui apprendre des mots mais c'est coïncider ces mots, phrases, expressions avec le système d'associations qu'il est en train d'élaborer. Durant la maternelle, le développement de la communication aura toute son importance. Une approche globale, mimogestuelle facilitera les échanges. Ensuite, la structuration du système linguistique sera le principal axe de travail en primaire. En fonction du projet parental, l'orthophoniste pourra utiliser des aides à la réception du langage parlé comme le LPC pour compléter les informations obtenues par la lecture labiale. Plus tard, la maîtrise de la langue et son enrichissement seront les objectifs de la rééducation.

Audrey Colleau, orthophoniste

 Complément d'information



© Copyright 2004-2018 - http://www.coquelicot.asso.fr/ - webmestre@coquelicot.asso.fr